Aller au contenu

    Constitution de l’os de la mâchoire

    La composition de l’os de la mâchoire est similaire à celle de tous les os du corps humain, se distinguant par la présence de deux types de tissus :

    1. Le tissu cortical, également appelé partie basale, constitue la partie la plus minéralisée et la plus dure de l’os.
    2. Le tissu spongieux, situé à l’intérieur de l’os, ressemble à une éponge, d’où son nom. Cette partie confère de la souplesse à l’os, agissant comme un amortisseur.

    Os spongieux

    L’os spongieux, composant interne de l’os, assume une fonction métabolique impliquant la naissance et la mort de cellules. Son renouvellement est constant tant qu’il reste fonctionnel. Mais il peut atrophier lorsque la fonctionnalité est perdue, notamment sous l’influence de forces exercées par une dent. Dans ce cas, les cellules ne trouvent plus de raison de se renouveler.

    L’os spongieux joue également un rôle essentiel dans l’ostéo-intégration, notamment dans le contexte des implants traditionnels. Ces derniers, conçus pour être implantés dans la partie spongieuse, favorisent une ostéo-intégration grâce à leur surface rugueuse. L’os spongieux agit comme un métabolisme, capable d’intégrer ou de rejeter les cellules. Présentant ainsi des réactions parfois imprévisibles, semblables à celles d’un être vivant. En outre, il assume un rôle crucial d’amortisseur.

    Régénération de l’os de la mâchoire

    La partie spongieuse, également appelée crestale, de l’os est constamment soumise à un processus de régénération. Des cellules spécifiques synthétisent la base minérale de l’os, tandis que d’autres éliminent les anciens tissus. Ce processus de régénération ralentit ou cesse lorsque le tissu osseux devient insuffisant. Egalement, quand l’os n’est plus soumis à des contraintes, comme la perte d’une dent.


    Os Cortical

    L’os cortical, qui accueille l’implant basal, assume une fonction mécanique et est présent en quantité moindre mais maintient un volume pratiquement constant. Ce tissu présente une résistance mécanique accrue et une densité plus élevée.

    Il se situe dans le fond de la bouche aux emplacements des dents 7 et 8, ainsi qu’au niveau nasal (1, 2 et 3) pour la mâchoire supérieure et sur l’ensemble de la mâchoire inférieure. Contrairement à l’os spongieux, il n’a pas de fonction ostéo-intégrante. Les implants dentaires basaux sont lisses, favorisant l’accroche et le maintien de l’implant.

    Il est essentiel de comprendre les éléments accompagnant l’os maxillo-facial, tels que l’articulation, les tissus mous, les sinus et les nerfs, et leur interaction mutuelle.

    Perte et Atrophie Osseuse

    os mâchoire / perte osseuse

    Le tissu osseux conserve ses caractéristiques grâce à la stimulation par une force, transmise par une dent ou un implant. Lorsqu’une dent est extraite sans être remplacée par un implant, une résorption osseuse naturelle se produit. Conduisant à une atrophie osseuse.

    La résorption osseuse varie entre le maxillaire supérieur et la mandibule, aggravée par des prothèses amovibles, des prothèses All-on-4, ou une péri-implantite. L’atrophie osseuse peut atteindre 5 à 6 mm la première année, puis 1 à 2 mm par an. Sur le maxillaire supérieur, elle agit par le dessous et par le dessus, avec le sinus qui pousse vers le bas en l’absence de dent ou d’implant. Les implants dentaires traditionnels peuvent également impacter négativement le tissu osseux en cas de péri-implantite.

    La greffe osseuse, réalisée immédiatement après l’extraction, peut restaurer la hauteur osseuse. Malgré les progrès depuis les années 1980, les greffes osseuses sont moins fréquentes avec l’avènement des techniques basales évitant cette intervention.